À PROPOS

© Anaïs Guerdin

CONTACTS

ARTISTIQUE :

Sarah Baltzinger

+ 00 33 6 81 54 85 50

info@sarahbaltzinger.eu 

PRODUCTION ET DÉVELOPPEMENT :

–> La Poulie Production

Frédéric Wirtz : 00 33 6 24 50 63 08

Victor Hocquet : 00 33 6 78 13 28 47

production@sarahbaltzinger.eu

et/ou

lapoulieproduction@gmail.com

Sarah Baltzinger

ARTISTE CHORÉGRAPHIQUE ET PERFORMEUSE

Ses débuts

Sarah Baltzinger débute la danse contemporaine à l’âge de 18 ans. Initialement dédiée à une carrière professionnelle en droit, elle décide de se consacrer à son amour des arts en commençant une formation autodidacte. Elle commence sa formation professionnelle à l’école Le Ban des Arts tout en poursuivant un cursus universitaire sur la gestion et l’administration des structures artistiques et culturelles. En 2010, elle rejoint le jeune ballet de Peter Mika à Gérone (Espagne). Elle termine sa formation à l’âge de 20 ans en dansant et en apprenant aux côtés de grands noms de la danse contemporaine comme Olga Cobos (première danseuse Rui Horta), Elena Fokina, Jordi Cortes, Peter Milka et Russel Malliphant. Sarah entame sa carrière professionnelle très tôt.

Sa carrière

En effet, elle n’a que 19 ans lorsqu’elle est invitée par la Companie Totum à danser dans trois de ses créations («L’Instant », «Particules», «Le regard des autres ») et autres formes courtes. En 2011, après sa formation avec la Compagnie CobosMika, elle intègre la cellule professionnelle en tant que doublure dans la création «WISH». Elle collabore avec des chorégraphes telles que Laura Vilar et Corinne Lanselle en 2013 et donne de nombreuses masterclass en France, au Luxembourg et en Espagne. En 2014, sa carrière d’interprète prend un bel envol car Bernard Baumgarten, directeur artistique de la Unit Control Company et TROIS C-L, lui offre une place de choix dans sa création chorégraphique «RAIN». Par la suite, elle rejoint la Helka Company, dirigée par Helder Seabra (assistant de Sidi Larbi Cherkaoui et Wim Vandekeybus), deux des grands représentants de la scène internationale contemporaine belge. Elle interprète le seul et unique rôle féminin de la création. «When The Birds Fly Low, The Wind Will Blow» (2014), qui tourne ensuite en Belgique, en Allemagne, en Italie et au Portugal en 2015. Elle rejoint également la compagnie londonienne Wayne Parsons Dance Company en 2017 pour la création du spectacle «Vestige» dans laquelle elle interprète le rôle principal, une pièce en tournée depuis.

En parallèle de sa carrière d’interprète, Sarah Baltzinger mène son propre travail chorégraphique en tant que chorégraphe et interprète de ses propres créations entre le Luxembourg et la France, ce qui l’inscrit dans un ancrage transfrontalier depuis 2016.

Elle enseigne régulièrement au TROIS C-L – Centre de création chorégraphique luxembourgeoise dans le cadre de la formation professionnelle continue et plus occasionnellement au Conservatoire National du Luxembourg et à Esch-Sur-Alzette. En 2016, la Ville de Metz, l’EPCC Metz-En-Scènes et TCRM BLIDA lui passe commande pour un solo chorégraphique en lien avec les Arts Numériques. Elle collabore avec Lozange Lab’ et le Paradigme Visual Arts pour une forme hybride qui jouera au Festival Constellations à deux reprises (2016 et 2017) et qui tournera par la suite en France, en Europe, au Maroc et en Israël. Elle créé le spectacle «FURY» en 2017 qui est une oeuvre marquante de la scène chorégraphique luxembourgeoise. Soutenue par le TROIS C-L et le Centre Culturel Kinneksbond à Mamer, Sarah Baltzinger collabore avec de nombreux artistes de la scène luxembourgeoise pour la création de ce « spectacle d’envergure, mené par une main de maître qui ne lâche rien du début à la fin », comme cité dans le Wort Luxembourg. Cette création est diffusée et co-produite par le Trois C-L, Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois et le Kinneksbond, Centre Culturel Mamer. Elle connaît un réel succès public lors de sa création. De plus, la création est également soutenue par l’Arsenal, Cité Musicale-Metz, structure prestigieuse de la Grande Région. Elle est également programmée au Theater Freiburg et rencontre à nouveau un succès unanime lors de sa présentation.

En 2018, elle est sélectionnée par les Théâtres de la Ville du Luxembourg pour participer au dispositif TALENTLAB. Accompagnée de la Compagnie Peeping Tom et de ses chorégraphes Gabriella Carrizo et Franck Chartier, Sarah Baltzinger s’entoure de deux interprètes de qualité, Alessio Sanna et Theo Samsworth, ainsi que du musicien Guillaume Jullien, avec qui elle collabore depuis de nombreuses années afin d’effectuer une recherche chorégraphique sur le thème de l’héritage.

Cette résidence de recherche fructueuse donne lieu à la réalisation d’une maquette qui est présentée au Grand Théâtre du Luxembourg le 1er juin 2018. Les retombées positives et encourageantes des partenaires et du public ont encouragé Sarah Baltzinger et ses artistes à exploiter cette maquette comme un format court de création dans le cadre d’une diffusion. Cette pièce «WHAT DOES NOT BELONG TO US» a déjà eu l’occasion de tourner dans diverses plateformes. En effet, en 2019, elle fait partie des 40 Winks de la sélection Aerowaves et présente son travail au Danemark et au Aerowaves Dance Festival Luxembourg. En 2020, elle est sélectionnée en tant qu’artistes luxembourgeoise pour participer à la Tanzmesse à Dusseldorf et est sélectionnée pour présenter son spectacle « WHAT DOES NOT BELONG TO US » dans la programmation officielle du festival. Également, la pièce est présentée au Talent Lab 2020 (annulation cause Covid-19) en tant qu’exemple chorégraphique prometteur de la scène chorégraphique luxembourgeoise issue du dispositif, et est programmée pour le festival « Hors Les Murs » à Reims en mai 2021 et probablement pour le SID DANCE Festival en Corée du Sud. La pièce a tournée au Danemark, Luxembourg ..!

En 2020, Sarah Baltzinger concentre son énergie sur la création de la deuxième partie du diptyque « DON’T YOU SEE IT COMING », qui prend comme point de départ le conte « Barbe Bleue », de Charles Perrault, dont la Première Luxembourgeoise a eu lieu les 27 et 28 février 2020, au Kinneksbond, Centre Culturel Mamer, création d’une durée de 30 à 35 minutes. Cette création a été jouée en soirée partagée avec la création « WHAT DOES NOT BELONG TO US ».

Cette nouvelle création 2020 est d’ores et déjà sollicitée par différentes structures telles que le Théâtre de Colmar ou encore le Festival International de Danse de Karmiel en Israël.

À partir de 2021, Sarah Baltzinger se concentrera au troisième volet de sa création « ROUGE EST UNE COULEUR FROIDE », qui nous plongera au coeur d’une transe, à la recherche du monstre qui se cache en nous, entre sorcellerie, mythologie et musique rave. Enfin, l’artiste proposera une version Jeune Public, « ROUGE », déclinaison légère et amusante de son troisième volet, proposant un huit-clos énigmatique et métaphorique, au pays de l’absurde et du bestiaire. Sarah Baltzinger se concentre à l’exploitation de sa recherche au travers de ces formats dansés permettant diverses articulations de programmation.

SA RECHERCHE ARTISTIQUE

Sarah Baltzinger mène un travail de recherche qui questionne l’impact de notre environnement et des conséquences qu’il exerce sur nos identités. Dans son travail chorégraphue, elle s’intéresse aux enjeux socio-culturels actuels liés à sa génération; l’identité et ses représentations, l’individuel et le collectif, les symboles, l’aliénation sociale, notre histoire, la révolution numérique et sa place dans notre quotidien.

En 2018, l’artiste entame une recherche sur la thématique de l’héritage qui aborde les différents axes de réflexion cités ci-dessus et s’inscrit dans une volonté de créer une série de petites formes qui s’articulera en triptyque :

• WHAT DOES NOT BELONG TO US, création 2018, un duo masculin abordant les représentations socio-culturels de l’homme voyageant des prémisses éthero-normés du masculin au mouvement LGBTQ+.

• DON’T YOU SEE IT COMING, création 2020, un solo chorégraphique désarticulé accompagné d’une performance live techno. Prenant comme point de départ l’oeuvre Barbe Bleue de Charles Perrault , cet objet hybride illustre avec modernité et sous injection forte de références pop culture, les traumatismes générés par une masculinité toxique qu’implique la société patriarcale.

•ROUGE EST UNE COULEUR FROIDE, création 2021, un quatuor de danseurs accompagnés d’une performance musicale qui aborde la thématique du double; entre monstruosité, contre-culture et musique techno, cet objet protéiforme est pensé comme une allégorie de la colère et de la destruction.

FAILING BODIES AND UNUSUAL DEVELOPMENT 

En 2023, Sarah Baltzinger proposera une création pour six danseurs et un musicien live sur la question d’aliénation sociale. Objet chorégraphique empruntant son genre au roman d’anticipation, ou dystopie, dépeignant un univers désaffecté où le dépérissement des émotions et le vide des actions ont éloigné les individus de leur nature profonde, les poussant à une forme d’aliénation. Cette création proposera une réflexion sur les passions, s’inspirant de la période romantique en résonance à l’urgence de la révolution numérique dans notre époque moderne.

LES THÉMATIQUES CROISÉES DE SA RECHERCHE CHORÉGRAPHIQUE

• La question du genre et des inégalités sociales

• La question du numérique

• La question de l’aliénation

• Le romantisme

LE MOUVEMENT 

Le travail chorégraphique de Sarah Baltzinger se caractérise par une signature chorégraphique singulière, organique et souvent vertigineuse. Elle utilise le corps comme un outil complexe de possibilités visant à déformer et détruire l’approche naturelle du mouvement pour créer des états de corps étrangement anormaux. Elle illustre avec brutalité, rondeur et précision, un parcours émotionnel qui pousse les corps à la désarticulation, explorant les limites physiques, les contrastes et contradictions. Valorisant les corps dans leur beauté et leur singularité, le mouvement de Sarah Baltzinger s’inscrit dans une démarche authentique et viscérale.

L’artiste s’intéresse au décloisonnement de la danse et son frottement à d’autres disciplines, notamment avec les arts plastiques, l’univers digitale et la musique live. 

Avec le compositeur Guillaume Jullien, l’artiste chorégraphique aime à penser le mouvement en lien étroit avec les sonorités, naviguant entre le sound design, la musique classique et la techno underground, dans un rapport singulier de performance live.